1er barbecue sans nicotine

sans nicotine

1er bbq après 1 mois sans nicotine : compte rendu.

J’appréhendais beaucoup ce premier barbecue depuis que j’ai arrêté de fumer. En effet, j’aimais beaucoup m’en griller une avec un verre à la main, ne me demandez pas pq, question de grillade sans doute.

Bref, on a invité des amis (les mêmes dont le chat a eu la gastro, si vous me suivez avec assiduité) dans notre humble villa pr un bbq mauricien.
18h25 : ils arrivent avec 25 minutes de retard mais suis étonnamment zen alors que d’ordinaire, je déteste les gens en retard. Je leurs sers l’apéritif ainsi que les zakousksis : 8 cheetos, 11 chips de manioc à l’ail et 13 cacahuètes aux épices indiennes alors que nous sommes 10. Ils sont un peu surpris devant les portions faméliques. Je leur signale qu’il ne fallait pas être en retard.
19h45 : je termine ma 1ère bouteille de rhum sans même avoir pensé à la cigarette. Je vois qu’ils ont un peu faim et lance le bbq.
20h00 : je reviens de chez le voisin avec le bbq après l’avoir lancé et le démarre enfin.
20h45 : inquiète de ne pas me voir arriver avec la première fournée de bidoche, Myriam me rend visite. Elle me surprend à inhaler les fumées de viandes grillées et à les souffler en faisant des ronds, un pic de brochette entre l’index et le majeur.
20h50 : j’apporte la viande qui est évidemment cramée. Pas une remarque négative de leur part. Je suis ému et continue à découper la côte à l’os avec ma machette.
22h00 : le repas se termine. Bouteille de rhum 2 – cigarettes 0. Je suis chaud boulette, on fait un rikiki.
23h00 : j’ai perdu au rikiki. Bien que mauvais perdant, je m’en fous complètement. Je n’ai tjrs pas fumé et ça, c’est ma vcitoire. Je gueule et 1, et 2 et 3 – zéro avec une bouteille de rhum dans une main tout en faisant l’hélicoptère avec ma teub dans l’autre.
23h05 : à cause d’un malencontreux accident d’hélice, je biffle un des invités. Mimi s’assure qu’aucune commotion n’est survenue. Alexis me brime un peu sur ma consommation d’alcool. Je leur promets d’arrêter de boire ce soir. Comme ce sont de vrais amis, ils sont compatissants. On décide de faire un loup-garou.
23h52 : après 3 défaites de suite, nos amis partent contrariés. Ils n’ont que modérément apprécié que je morde leur fils à la jugulaire alors que j’étais le loup-garou de la manche. Rien de tout ça ne serait arrivé si ce petit enculé ne m’avait pas me buté lors des tours précédents.
00h08 : Myriam fait un peu la tête. Je comprends tout à fait et m’excuse platement de l’avoir obligée à recoudre une plaie alors qu’elle est en vacances. Je lui promets de me rattraper au lit et lui dis que malgré l’alcool, l’arrêt du tabac a un effet priapique sur moi.
00h32 : Myriam dort. J’ai eu beau tirer sur le choke, l’hélicoptère n’a jamais voulu redémarrer. Je ne peux cependant m’empêcher de sourire : ça fait un mois et un jour que j’ai arrêté de fumer et tout va bien.